Aujourd' hui je vous fais suivre un billet de "la mamanduptitpois" , que j' ai trouvé particulièrement vrai!

 

photoytr

Je pense beaucoup, à tout, à rien mais je pense tout le temps.

Je pense énormément à ma maternité, à notre parentalité et inévitablement,  je me remets en question sans cesse .

L’autre jour, je réfléchissais et je me demandais  : Au fond quelle est la qualité la plus importante chez une mère ?

Il y a des tas de qualités que l’on pourrait citer ici, mais moi, celle que j’ai retenu, c’est la douceur .

Je retiens la douceur car j’ai remarqué qu’avec toute la douceur que je peux fournir à mes fils, je m’évite bien souvent des crises .

J’avoue que parfois, je suis dépassée et ces fois là, précisément je ne parviens plus du tout à penser à ce que je pourrais changer pour résoudre une situation néfaste pour eux comme pour moi .

J’ai la tête dans le guidon comme on dit, je manque de recul pour analyser, je suis trop énervée pour penser, trop triste de mes échecs pour me projeter.

Une fois que ces moments passent, car oui, ils passent, ils ne durent qu’un tout petit rien de temps car  on les oublie tout bonnement. Notre cerveau est fait de telle façon que nous, mère (père?) ne retenons que le bonheur que nos enfants nous apportent, nous retenons aussi toute la fierté et l’amour que nous ressentons à être leur parent,  tout le reste devient flou, tout le reste on s’en fout, c’est comme si ça n’avait jamais existé .

Tout cela pour dire que ouais, pour moi, la douceur est la qualité essentielle chez une mère . Je suis mère d’un BABI ( bébé aux besoins intenses) et lorsque je m’occupe de lui, le moindre geste un peu hâtif ou le moindre mot plus haut que l’autre déclenche chez lui des larmes, il doit se sentir en insécurité j’imagine .  Là, c’est comme les Dominos, mon petit pleure, le grand s’énerve, le tension monte et la vérité c’est qu’ensuite tout le monde est triste .

Mon petit pleure car il ne comprend pas pourquoi je suis différente .

Mon grand est triste car je m’énerve après lui alors qu’à la base il n’y était pour rien .

Moi, je suis triste car je regrette cette situation,  j’aurai pu agir avec douceur et éviter cette situation .

Parce que ne me dites pas le contraire, ce genre de situation, ça vous arrive aussi à vous non ?  Je veux dire ouais, je suis à fond pour la parentalité positive, le maternage … Mais parfois, je sature, parfois je suis en échec .  Je ne veux pas croire que je ne suis pas comme toutes les autres mères .

Alors en attendant de me perfectionner, j’analyse ma pratique maternelle et lorsque j’arrive à faire preuve d’un discernement suffisant pour me rendre compte de choses si triviales mais tellement essentielles alors, je vis un jour parfait .

Je souffre de ne pas pourvoir être mère à cent pour cent avec mes fils, parfois, je dois faire des choix, même si j’ai cinq ou six porte-bébés, je suis obligée de choisir, rarement, mais ça arrive . Si vous saviez ce que ça me fait, ça m’énerve tellement, si fort, que j’en suis désagréable . Si j’étais plus douce, si j’acceptais tout simplement, tout le monde ne serait-il pas plus heureux ? .

Cela fait des semaines que le coucher de mon grand est très compliqué. Je me suis rendu compte qu’en lui parlant à voix basse tout le temps du rituel, cela instaurait une ambiance de douceur et de calme propice à l’endormissement . Purée, mais je comprends pas, ces trucs là, je les ai appris par mon métier, je sais apaiser et calmer une classe de vingt-huit tout-petits/petits en chuchotant une comptine. Mais non, ça ne m’était même  pas venu à l’esprit avant . C’est effrayant non ?

Bref, c’est ça la maternité, quelques fois tu réussis puis des fois tu apprends . Non mais en fait, c’est pas la maternité ça, c’est juste la vie en fait .

Alors pensons davantage, pensons notre parentalité comme le reste . Sachons nous pardonner, perfectionnons notre rôle, acceptons nos enfants pour ce qu’ils sont.

Et n’oublions pas qu’entre la responsabilité  fondamentale qui nous est donnée et la pression gigantesque que nous pouvons ressentir, nous ne devons pas oublier de rester nous-même  enfants pour être de bons parents .